réseauteur qui boit un café

Qu’est-ce qu’un bon réseauteur ?

On pense souvent qu’un bon réseauteur (aussi appelé networkeur ou networker) est une personne extravertie qui a la “tchatche” : une personne qui sait parler de tout avec tout le monde et qui adore rencontrer de nouvelles personnes. Bonne nouvelle : ce n’est pas ça qui fait que vous êtes bon ou non en networking. Découvrez dans cet article les vraies caractéristiques d’un réseauteur hors pair !

 

 

Contrairement aux idées reçues, le networking n’est pas un don, cela se travaille. On ne naît pas réseauteur, on le devient !

 

Que vous soyez extraverti.e ou un.e introverti.e d’une timidité redoutable, vous pouvez, vous aussi, bénéficier des bienfaits d’un bon réseau professionnel pour vous aider à accomplir vos projets.

 

Mais alors, c’est quoi être bon en networking ?
 

 

Basons-nous sur la définition du verbe “réseauter” introduite dans notre précédent article :

 

Réseauter c’est le fait de construire et entretenir des relations professionnelles profitables dans les deux sens.

 

Un réseauteur est donc naturellement une personne qui construit et entretient des relations professionnelles profitables. 

 

Ok, mais éclaircissons un peu tout ça !

 

Le rôle du réseauteur se décompose en deux phases : il rencontre des personnes puis développe les relations avec eux.

 

Les deux phases sont toutes aussi importantes l’une que l’autre. Si la phase 1, la rencontre, semble logique pour tout le monde, la deuxième phase est souvent oubliée !

 

Si on en revient au parallèle avec l’amitié que nous avions fait dans l’article en question, on comprend facilement l’importance de la phase 2. Si vous n’investissez plus de temps dans une amitié, elle finit par disparaître ! Vous vous souvenez certainement d’amis d’enfance ou de lycée que vous n’avez plus vus depuis des années et de qui vous ne savez en réalité plus rien… 

 

Alors, pourquoi c’est logique en amitié mais pas en networking ? 

 

Je dirais que LinkedIn a joué un rôle là-dedans. Alors que le réseau social a permis de rendre le networking accessible à tous (il était avant principalement réservé aux réseaux d’Alumni), il a eu une autre conséquence : celle d’introduire une ambiguïté sur ce qu’est réellement un réseau professionnel.

 

La croyance qui s’est répandue est que le but ultime du networking est d’avoir un maximum de relations sur LinkedIn. Beaucoup de personnes, moi y compris, ont commencé à penser que cliquer sur le bouton “Se connecter” c’était réseauter. On s’est alors mis à faire des demandes d’ajouts compulsives à des centaines de personnes sans jamais leur envoyer un seul message ni même s’intéresser vraiment à elles. 

 

Le fait que LinkedIn appelle “Réseau” l’ensemble des personnes qui ont accepté vos demandes de connexion (ou pour lesquelles vous avez accepté leur demande) participe certainement à entretenir cette ambiguïté.

 

Des outils ont même vu le jour pour automatiser les messages envoyés une fois la demande d’ajout acceptée ! Vous avez certainement déjà reçu ces messages impersonnels qui vous proposent un coaching bien-être + fitness + développement personnel + nutrition alors vous venez juste d’accepter la personne (et que vous regrettez déjà).

 

Toutes ces choses ont déshumanisé le networking. J’ai parfois honte de voir le nombre de messages auxquels je n’ai pas répondus en 5 ans sur la plateforme…

 

En soi, envoyer une demande de connexion sur LinkedIn n’est pas une mauvaise chose, c’est même un excellent moyen de rentrer en contact avec une personne ! Chez Weavve, nous encourageons à le faire, surtout en ces temps où l’on ne peut plus faire d’événement physique. 

 

Cependant il ne faut pas s’arrêter là. Envoyer une demande de connexion ne remplit même pas la phase 1 ! Une personne ne fait réellement partie de votre réseau qu’à partir du moment où vous avez passé la phase 1 (la rencontre) et que vous êtes dans la phase 2 (développement de la relation).

 

Un réseauteur n’est donc pas un ajouteur compulsif sur LinkedIn 😉, un réseauteur est une personne qui fait les activités suivantes :

 

  • Il recherche activement des nouvelles personnes à rencontrer
  • Il prépare la rencontre avec ces personnes (on verra comment prochainement)
  • Il rencontre ces personnes (voir les 6 étapes d’une rencontre business réussie)
  • Il entretient la relation naissante par plusieurs moyens : calls, messages pour demander des nouvelles, cafés, invitations à des événements, voeux, déjeuneurs, …
  • Il reste à l’affût de situations où il peut aider son réseau 
  • Il met en relation ses relations entre elles quand cela peut les aider à faire face aux challenges qu’elles rencontrent.
 

Comme vous pouvez le constater, les trois premières activités correspondent à la phase 1 (rencontre) et les trois suivantes à la phase 2 (développement de la relation).

 

Voilà ce que fait un bon réseauteur !

 

Bon réseautage 👋 !

Santo Raneri

Santo Raneri

Founder @ Weavve

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
.

Découvrez aussi